Partagez sur vos réseaux

    


 

 


 

   

 Association pour la création littéraire chez les jeunes

Blogue de l'ACLJ

Festival Frye — Mots en mouvement

Posté le 05/05/2015

Logo du Festival FryeLogo du Festival Frye

La semaine dernière, dans le cadre du Festival Frye, au Centre Aberdeen, l’Association des traducteurs et traductrices littéraires du Canada (ATTLC) organisait une performance de traduction littéraire en deux mouvements : Mots en mouvement 2015 Édition Moncton. Au nom de notre ACLJ, j’ai participé au premier mouvement, mais pas au second.

Affiche de l'événement.Affiche de l'événement.

Deux extraits de textes à traduire — un en français, Le Petit livre noir de Larry Tremblay, l’autre en anglais, Boo de Neil Smith.

Deux pages comportant des pièges langagiers et offertes sans contexte.

Bien que les traducteurs ne travaillent principalement que vers leur langue maternelle, surtout en traduction littéraire, j’ai effectué la traduction des deux textes.

Lors de l’événement, j’ai donc pu proposer mes deux traductions, m’étant annoncé à titre de traducteur amateur.

L’intérêt dans ce genre d’exercices est de constater comment chaque traducteur et traductrice a surmonté les obstacles langagiers offerts par les textes.

Des commentaires du groupe et des échanges avec les auteurs ont aussi permis de mettre en perspective plusieurs aspects reliés à la traduction littéraire.

Normalement, il est possible de demander des précisions préalables et de connaître le contexte ainsi que le texte dans son ensemble. Ce qui permet de mieux rendre les intentions de l’auteur ou auteure.

Sonya Malaborza de l'ATTLC Atlantique.Sonya Malaborza de l'ATTLC Atlantique.Ce genre d’activité de groupe permet de briser l’isolement professionnel inhérent à l’activité de traduction. Cette année, c’est la première fois que cette activité financée par le Conseil des arts et des lettres du Québec contient un volet hors Québec nous indique Sonya Malaborza lors de sa présentation d’ouverture.

Les auteurs invités ont gracieusement offert des textes inédits, qui s’apprêtent à paraître. Dans le cas de Boo, par Neil Smith, ce sera une sortie en sept langues plus ou moins simultanément.

Lire la suite »

Festival Frye — Entretien littéraire au Consulat de France

Posté le 05/05/2015

Puisque la parole peut s’inscrire dans le silence, un événement peut-il s’inscrire dans le non-lieu?
Logo du Festival FryeLogo du Festival Frye

En effectuant des choix dans l’excellent programme du Festival Frye, selon mes disponibilités et selon un plan de prise de contact pour notre ACLJ, il m’a semblé naturel de sélectionner « Entretien littéraire », un événement proposant une rencontre avec Yasmina Khadra (nom de plume de Mohammed Moulessehoul) prenant place au Consulat général de France dans les provinces Atlantiques jeudi dernier à 17 heures à Moncton.

Image du site de yasmina-khadra.comImage du site de yasmina-khadra.com

La rencontre avec cet auteur algérien au pseudonyme féminin (en hommage à son épouse qui a lutté avec acharnement pour qu’il poursuive sa prise de parole) aurait été intéressante en elle-même pour notre association de même qu’un contact avec le consul de France pour lui présenter notre action auprès de francophones et de francophiles du monde.

Logo de l'Alliance française de Moncton.Logo de l'Alliance française de Moncton.

Je comptais aussi sur une rencontre possible avec des gens de l’Alliance française avec qui nous avons eu l’occasion de collaborer dans certains pays. Bien des gens ne le savent pas, mais grâce à des organisations telles l’Alliance française, le français est enseigné partout au monde, pas uniquement au sein des pays de la francophonie.

Me fiant au programme imprimé, je n’avais pas consulté au préalable l’infolettre quotidienne décrivant les activités du jour au  Festival Frye.

Lire la suite »

Festival Frye — Lancement de Autoportrait

Posté le 04/05/2015

Logo du Festival FryeLogo du Festival Frye

Herménégilde Chiasson etGisèle Ouellette lors du lancement d'Autoportrait à La Grande Ourse à Moncton. Photo CF.Herménégilde Chiasson etGisèle Ouellette lors du lancement d'Autoportrait à La Grande Ourse à Moncton. Photo CF.Plusieurs événements d’importance se sont déroulés lors du Festival Frye. Le lancement du Coffret Autoportrait d’Herménégilde Chiasson (Les Éditions Prise de parole, 2014) représente un de ces moments forts de ce festival.

Considéré par certains comme « le père de la modernité acadienne » cet auteur de grand renom a effectué son lancement au sein même d’une librairie indépendante, une institution en Acadie, La Grande Ourse qui fête ses vingt-cinq ans.

Le sort des librairies indépendantes

Robert Melanson, copropriétaire de La Grande Ourse, a profité de l’occasion pour discourir sur le sort des librairies indépendantes au Canada, au Nouveau-Brunswick et au Québec. 

Vitrine de La Librairie La Grande Ourse à Moncton. Photo CFVitrine de La Librairie La Grande Ourse à Moncton. Photo CF

« La Grande Ourse demeure la plus vieille librairie indépendante en Acadie [à peine] six mois de plus vieux que la librairie Pélagie » expliquait-il. Il a souligné l’importance des librairies indépendantes. Il ajoute, et je cite :

Au Canada anglais, il y avait 2 000 librairies indépendantes et il n’en reste plus que 500. Au Québec, la situation est un peu différente parce qu’ils ont la Loi 51 qui oblige les institutions dans les régions à acheter dans leurs librairies locales, les librairies indépendantes évidemment. Alors ça a protégé le réseau des librairies indépendantes au Québec.

Ouvrages d'Antonine Maillet. Photo CF.Ouvrages d'Antonine Maillet. Photo CF.

En Acadie on n’a pas de loi [pour protéger les librairies…] la politique du livre [au Nouveau-Brunswick] selon nous a été juste un ramassis de bonnes intentions et dans le concret ça n’a rien changé à notre existence. Au contraire [le gouvernement a mis] la politique du livre en avant, et en arrière a coupé les budgets d’acquisition dans les bibliothèques. Alors nos ventes institutionnelles ont considérablement diminué depuis les trois ans de la politique du livre. Les librairies indépendantes sont très fragiles. […]

Le livre est un instrument de survie de la langue et aussi la meilleure façon de contrer l’assimilation. Parce que quelqu’un qui sait lire et écrire en français n’est plus assimilable.

Travail de fourmis bâtisseuses

Toutes ces années, Robert Melanson les a passées avec Philippe Caetano et Annie Bourdages, cofondateurs de la librairie. Ils ont participé à plus de 1 000 expositions et à près de 300 salons du livre à travers les provinces Atlantiques afin de rendre disponible la littérature de langue française, pas seulement dans les grands centres urbains, mais dans les endroits les plus vulnérables par leurs petites tailles et les pressions de l’environnement majoritairement anglophone [d’influence combinée britannique, canadienne et américaine].

Herménégilde Chiasson

Herménégilde Chiasson est un des fondateurs du Théâtre de l’Escaouette dont j’ai traité dans un billet précédent un théâtre étroitement associé au Festival Frye et à la promotion de la littérature acadienne.

Ouvrages d'Herménégilde Chiasson. Photo CFOuvrages d'Herménégilde Chiasson. Photo CF

Lire la suite »

Festival Frye — Lancement printanier des Éditions Perce-Neige

Posté le 04/05/2015

Bon, j’ai pris un peu de retard dans l’écriture sur notre blogue. La refonte de notre site, la couverture de divers éléments du Festival Frye, les pourparlers avec de nouveaux contacts pour l’établissement éventuel d’un pendant à Moncton de notre ACLJ, tout ça bouge vite.

Situé dans le Centre culturel Aberdeen à Moncton, NB et dont j’ai traité dans mes billets précédents, Les Éditions Perce-Neige se décrivent comme :

Logo Éditions Perce-NeigeLogo Éditions Perce-Neige

Organisme sans but lucratif, les Éditions Perce-Neige ont comme mission de publier des œuvres littéraires qui témoignent de la continuité et du renouvèlement de la littérature acadienne contemporaine. La raison d’être de la maison est d’éditer les forces vives de la littérature de langue française en Acadie, de privilégier les auteurs émergents qui en sont le prolongement et de contribuer au développement de cette littérature dans les provinces de l’Atlantique, tout en préservant le patrimoine littéraire acadien

Les Éditions Perce-Neige présentaient donc mardi soir dernier le récit Objectif Katahdim de Daniel Léger, mieux connu pour ses albums musicaux La route m’appelle (2004), Équilibre (2009) et Chaviré (2013), tous disponibles sur iTunes.

Objectif Kathadin saura plaire à toute personne qui s’est posé les questions existentielles :

Récit de Daniel Léger.Récit de Daniel Léger.« Qui suis-je? » « Quelle est ma place dans la vie? Dans l’histoire? » ou bien « De quoi suis-je capable? Quelles sont mes limites? » et encore « Quel est mon rêve? Vais-je y arriver? »

Récit d’aventures que les ados et jeunes adultes pourront trouver inspirant alors que les adultes plus expérimentés pourront y reconnaître des éléments de leur propre quête de moulins à abattre.

Tel un roman d’aventures avec son parcours initiatique peuplé de personnages colorés à peine entrevus, des nains et des géants y paraissent et disparaissent comme des lucioles un soir d’été. 

Koonacky rencontre des princesses envoutantes, un sage de la montagne et des démons intérieurs qui, tous, s’inscrivent, pas à pas sur ce trajet pédestre du sentier des Appalaches, un parcours de plus de « 3 500 km à travers 14 états américains, du mont Springer (Georgie) jusqu’à Kathadim, la Grande Montagne (Maine) » comme l’indique le 4e de couverture.

Comment passer de l’ère moderne avec son complément d’outils tous plus efficaces les uns que les autres et de se départir de conventions faites d’apparences, pour atteindre les vérités où la substance se marie à l’âme? Non pas un simple retour à la terre, mais un retour encore plus lointain, vers un nomadisme existentiel.

Daniel Léger signe un récit biographique. Photo CF.Daniel Léger signe un récit biographique. Photo CF.

La quête géographique s’inscrivant sur une temporalité de huit mois (8 mars au 23 septembre 2000) accumule les embuches et les obstacles, tant réels qu’imaginaires. Où les souffrances corporelles ne représentent que l’aspect le plus simple de cette recherche. Le tout pour atteindre un sommet, une destination qui ne sera qu’une page tournée du livre de la vie.

 

Lire la suite »

Festival Frye — Conférence Text(e) Image Beat

Posté le 28/04/2015

Logo du Festival Frye 2015Logo du Festival Frye 2015

Les personnes qui nous suivent savent que nous sommes intéressés par la poésie, et, que nous encourageons les jeunes personnes à s'intéresser à la poésie. Pas seulement en la lisant, mais en y prenant une part active. La poésie est l'ultime moyen pour mettre le langage au service des émotions. Pour permettre à l'imaginaire de transformer le vécu, pour vivre l'imaginaire.

Notre Festival francophone de la poésie des jeunes ajoute trois dimensions pour augmenter la force de cette expression. D'abord le fait que des poètes adultes, amateurs ou établis, offrent des répliques poétiques en résonance aux poèmes des jeunes personnes, ce qui permet à ces jeunes de se rendre compte que leurs textes s'inscrivent dans un dialogue poétique, dans une continuité textuelle qui va au-delà des barrières générationnelles, traversant les frontières temporelles et géographiques.

Le fait que d'autres jeunes offrent des illustrations permet de faire passer la dimension textuelle dans un autre média, un média visuel avec ses propres règles d'interprétation. Il s'agit encore là d'une inscription dans la continuité, mais une continuité qui permet de dépasser les limites inhérentes au texte; un échange qui permet la participation à un dialogue poétique transmédia.

Finalement, nous suggérons aux enseignants et intervenants jeunesse qu'ils et elles organisent un événement festif afin de célébrer publiquement, au sein de leur localité, le travail de leurs jeunes poètes et poétesses où ils et elles recevront le certificat de participation de l'ACLJ et le livre ou livret contenant leur création imprimée lorsque les budgets nous le permettent. Dans tous les cas nous rendons disponible les poèmes sous forme d'affiches imprimables localement permettant d'exposer publiquement ces oeuvres.

Une expression poétique pour et surtout par les jeunes.

Perspectives

Les détracteurs de la poésie sont nombreux puisque dans la plupart de nos sociétés, particulièrement dans le monde industrialisé, les activités qui ne sont pas d'ordre économique ou sportives sont placées au bas de l'échelle des valeurs.

Comment aider un jeune poète ou une poétesse en herbe à considérer faire carrière poétique? Ce n'est pas évident. Il y a peu de modèles professionnels qui permettent aux jeunes personnes de rêver en ce sens.

Pourtant hier soir, au Festival Frye, on vient de m'ouvrir la porte sur le monde international des poètes professionnels d'aujourd'hui. Non, ils et elles ne sont pas des créatures habitant les livres poussiéreux des coins les plus reculés des bibliothèques (les tablettes du haut, par exemple). Non, ce sont bien des gens en chair et en os. Des gens qui utilisent les toutes dernières technologies comme moyen d'expression.

Galerie Sans Nom, par Claude Filimenti.Galerie Sans Nom, par Claude Filimenti.

Lire la suite »

Festival Frye — Présentations d'auteures en milieu scolaire

Posté le 27/04/2015

Logo officiel du Festival FryeLogo officiel du Festival Frye

Couverture Our Flag de Maureen et Yealland. Photo amazon.ca.Couverture Our Flag de Maureen et Yealland. Photo amazon.ca.M'étant offert à titre de bénévole pour le Festival Frye, j'ai eu l'occasion ce matin de servir de chauffeur pour Ann-Maureen Owens et Jane Yealland, co-auteures d'un guide intitulé Our Flag, The Story of Canada's Maple Leaf (version en français disponible intitulée Notre drapeau, L'Histoire de l'unifolié canadien, Bayard, février 2015 — ISBN 9782895796763), ouvrage portant sur l'histoire du drapeau canadien qui célèbre ses cinquante ans cette année.

Elles présentaient leur livre et les histoires qui entourent la création et l'adoption du drapeau du Canada, presque cent ans après la fondation du pays. Un cas peu banal que ce pays sans drapeau pendant si longtemps.

Jane Yelland - West Riverview School, photo Claude FilimentiJane Yelland - West Riverview School, photo Claude Filimenti

Présentation d'abord effectuée à l'école primaire West Riverview, située en banlieue sud de Moncton, présentation partagée par les coauteures devant toute l'école assises par terre au gymnase, comme c'est souvent le cas dans les écoles primaires.

 

Mmes Owens et Welland sont aussi les auteures de titres populaires auprès des jeunes  dont un portant sur l'histoire des forts (1996) et un autre intitulé À la rencontre des explorateurs du Canada (2004) et autres titres. Ces ouvrages ont  généré un regain d'intérêt pour l'histoire du Canada auprès d'étudiants et étudiantes.

Pour cette partie, ne sachant pas que je pouvais assister à l'événement, je suis arrivé vers la fin et j'ai pu constater que malgré le temps passé assis par terre à écouter, les enfants ont conservé un intérêt pour les histoires présentées. Ils se sont d'ailleurs offensé lorsqu'ils ont appris que le drapeau original avait mystérieusement disparu et ils ont voté l'adoption de l'unifolié parmi les trois choix retenus, comme l'avait fait le comité de sélection au début des années 1960, quoique pas à l'unanimité comme ce fut le cas pour le comité.

Ann-Maureen Owens - West Riverview School, photo Claude Filimenti.Ann-Maureen Owens - West Riverview School, photo Claude Filimenti.

En transit avec Ann-Maureen Owens, nous avons développé des idées d'arrimage puisqu'elle fait partie de la direction du Kingston Writerfest en Ontario et elle pourrait offrir à notre association  l'occasion de participer au volet francophone de ce festival littéraire. Un dossier à suivre.

Lire la suite »

Festival Frye 2015 - Café Underground

Posté le 25/04/2015

Notre organisme n'est pas le seul à oeuvrer dans l'action afin d'ouvrir aux jeunes personnes plus grand la porte de la République des lettres. Nos nombreux partenaires dans divers pays y travaillent également. D'autres y oeuvrent aussi sans que nous les connaissions. Au cours des derniers jours, j'ai découvert un groupe qui va au-delà des actions habituelles, d'une façon grandiose, si vous me permettez cette marque d'enthousiasme.

Notre ACLJ dispose maintenant d'un bureau à Moncton au Nouveau-Brunswick (au Canada). C'est que j'ai du y emménager pour nous occuper des parents âgés de ma femme. Moncton représente aussi le lieu de naissance de ma mère, donc de mes origines acadiennes.

Malgré des essais répétés, notre ACLJ n'avait pas de contacts avec les francophones acadiens et avec les francophiles néo-brunswickois.

Maintenant que je suis physiquement à Moncton, je peux assister au plus important festival littéraire au Canada Atlantique, le Festival Frye, un festival littéraire bilingue (français-anglais), qui en est à sa 16e itération cette année.

Logo du Festival FryeLogo du Festival Frye

Dans mes prochains billets, je traiterai de divers événements, mais, dans celui-ci, j'aimerais vous entretenir sur la place donnée aux jeunes personnes dans ce festival dont une bonne partie des activités se tient au Centre culturel Aberdeen sur le site de cette ancienne école.

Entrée du Centre culturel Aberdeen, photo Claude Filimenti.Entrée du Centre culturel Aberdeen, photo Claude Filimenti.

Lire la suite »

Réplique de Monia Belazi

Posté le 25/04/2015

BELLE RÉPLIQUE DE MONIA BELAZI  à un poème magnifique sur le devenir d'un enfant qui deviendra grand composé par la jeune roumaine Crasta Cristina. Elle a inspiré plusieurs poètes aînés qui ont composé des répliques. À LIRE…

Lire la suite »

Amertume

Posté le 25/04/2015

Extrait du FFPJ 7 - Tunisie 2014-2015Extrait du FFPJ 7 - Tunisie 2014-2015

Amertume

Après la mort de mon père

J’étais malheureuse,

Seule dans une grande maison

Mais, j’ai décidé de sourire,

De laisser ma tristesse là-bas,

Où mes secrets sont enterrés.

 

Aya Aouissi 

Lire la suite »

Fragments d'amour

Posté le 25/04/2015

Extrait du FFPJ 7 - Algérie 2014-2015Extrait du FFPJ 7 - Algérie 2014-2015

 

Fragments d'amour

Les astres nocturnes, aussi lumineux soient-ils dans la pénombre des nuits, s’éteignent brusquement sans résistance, agonisent, jalousant ton rayonnement aux éclats tant radieux, et se murmurent ton nom navigateur sur les échos infinis de l’univers et les vifs battements de mon cœur.

Les belles roses, aussi magnifiques soient-elles, fanent désespérément de chagrin et pleurent des pétales morts et ivres de danse avec le vent face à ta sublimité héritée d’Aphrodite et désirée par tout être assoiffé de beauté.

Les brasiers flamboyants du soleil, aussi ardents soient-ils, gèlent de froid mettant fin à leur vivacité ardue devant la tendre chaleur de ton amour, celle qui fait fondre la pierre, celle qui réchauffe mon âme frigorifiée par les terribles blizzards de la vie, celle qui consume impitoyablement mes peurs et mes tristesses.

Les chants printaniers de la nature, aussi mélodieux soient-ils, virent à la cacophonie assourdissante, troublés par ta voix enchanteresse qui me berce dans mes songes et le monde entier se tait dans un silence qui pourrait être perpétuel et prend tant de plaisir à t’écouter

chanter les merveilles de l’existence.

Les trésors des mers et de la terre ne pourront, ô grand jamais, valoir un de tes sourires réconfortants qui me faisait tant de fois renaître de mes cendres et les pires châtiments ne pourront me punir pour ne serait-ce qu’une seule larme de tes yeux en amande.

Les mots, aussi nombreux soient-ils, seront éternellement dépourvus de sens et vides de sentiments pour te décrire exprimant l’immensité de mon amour et l’infinité de ma gratitude envers toi, ses mots ne serraient qu’une goûte d’eau dans un océan, une plume d’aigle dans le ciel, une poussière d’étoile dans une galaxie. Ô, toi celle dont le nom est gravé et le sera à jamais dans un trône de pierres iridescentes au centre de mon cœur, d’où tu arroses ton royaume de vertu et de sang du sacrifice. Ô reine de ma vie, ô maman.

 

ELITIM, Youcef

 

 

Lire la suite »

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?