La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

CAFI — Lancement du recueil Héros des relations saines

Posté le 03/06/2015

Couverture du recueil Héros des relations saines.Couverture du recueil Héros des relations saines.

 

Lors d’un billet précédent, j’indiquais qu’il y a nombre d’organisations cheminant dans la même direction que notre ACLJ en donnant la parole aux jeunes personnes. J’ai rencontré un tel groupe récemment.

Annonce à l'entrée du Centre Aberdeen. Photo CF.Annonce à l'entrée du Centre Aberdeen. Photo CF.

En effet, il y a quelques jours, j’ai assisté au Centre communautaire Aberdeen à Moncton au lancement du recueil
Héros des relations saines,
(ISBN : 978-2-9814591-1-4).
Un ouvrage composé par une dizaine d’adolescents et adolescentes.

Cet ouvrage se veut à la fois un recueil d’historiettes fantastiques et un guide pratique afin de pouvoir prévenir la violence, particulièrement la violence faite aux femmes.

Pendant deux ans, lors de leurs temps libres, ces jeunes personnes se sont investies dans l’écoute de cas de violence, la recherche de statistiques, ainsi que dans la recherche des causes et des solutions possibles à cette problématique.

Ils et elles ont par la suite composé des textes imaginaires présentant de jeunes superhéros et superhéroïnes qui effectuent des interventions dans des cas spécifiques de violence.

Ce recueil-guide devrait bientôt être utilisé dans les écoles francophones du Nouveau-Brunswick. Un projet qui a été rendu possible grâce à la participation financière de

  • Condition féminine Canada;
  • INTER-ACTION : le programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada, Citoyenneté et Immigration Canada
  • la province du Nouveau-Brunswick,
  • Places aux compétences (PAC)
  • le District scolaire francophone Sud.

CAFI

Sur la page d'accueil du site du CAFI à Moncton, NB, CanadaSur la page d'accueil du site du CAFI à Moncton, NB, Canada

Le tout s’est déroulé dans le cadre d’activités organisées par l’excellente équipe du Centre d’accueil et d’accompagnement francophone des immigrants du Sud-Est du Nouveau-Brunswick, le CAFI. 

Khaled Azaouizi et Isabelle Lavoie, membres de l'équipe du CAFI. Photo CF.Khaled Azaouizi et Isabelle Lavoie, membres de l'équipe du CAFI. Photo CF.

Situé à Moncton, ce centre organise de nombreuses activités d’accompagnement pour les francophones nouvellement arrivées au Nouveau-Brunswick, en provenance d’autres régions du Canada ou bien d’autres pays.

Je cite leur site :

[Les activités] sont aussi bien d’ordre socioculturelles, éducatives, de sensibilisation, d’information ou sportives.

  • Activités d’information : différents 6 à 8 thématiques sur des sujets comme le système policier au Nouveau-Brunswick, l’utilisation de la carte de crédit, les impôts, etc.
  • Activités de valorisation des cultures et sensibilisation du grand public : Cinéma du monde à la belle étoile, Un midi, un pays!, Atelier de cuisine, etc.
  • Activités saisonnières : Soirée dansante Halloween, sortie aux pommes, fête de Noël, etc.
  • Activités sportives : ligue sportive mixte non compétitive, ligue de soccer, etc
  • Activités découvertes du patrimoine canadien : visite d’une réserve autochtone, sortie au pays de la Sagouine, visite du village historique acadien, etc.
  • Activités de la francophonie : Soirée culturelle de la francophonie, dictée de la francophonie, etc.
  • Activités femmes : groupe de femmes, projet artistique femme, etc.

 Ancré dans la communauté acadienne et francophone du Sud-Est du Nouveau-Brunswick, le CAFi assure, en français, la pleine intégration des personnes immigrantes.

Nous aurons, je l’espère, bientôt l’occasion d’œuvrer avec le CAFI.

Héros des relations saines

Pizza pré-lancement. Photo CF.Pizza pré-lancement. Photo CF.

Évidemment, après de si longs labeurs et juste avant le spectacle de lancement, il y a eu un souper pizza bien mérité et très apprécié.

Pizza pré-lancement. Photo CF.Pizza pré-lancement. Photo CF.

N’allez pas croire qu’Éméraldine s’appropriait toutes les boîtes. Loin de là. Mais comme elle est organisatrice née, on lui confie sans hésiter la distribution générale.

Pendant ce temps, la salle se remplissait. Il devait y avoir une bonne centaine de personnes de tout âge et de diverses origines.

 Voilà une belle façon de célébrer publiquement le travail des jeunes personnes. Et lors de ce lancement, animé par les jeunes mêmes, ce sont véritablement ces jeunes personnes qui étaient à l’honneur, pas les adultes qui les ont soutenus et il n’y a eu aucun discours politique des instances soutenant le projet.

Vue de l'estrade, un peu avant que la salle ne se remplisse. Photo CF.Vue de l'estrade, un peu avant que la salle ne se remplisse. Photo CF.

À mon sens, cet événement a permis de mettre en valeur la contribution des jeunes hommes et jeunes femmes qui se sont investis dans cette démarche. Une démarche composée à la fois d’appel à l’imaginaire et de désir de contribution à l’amélioration d’une problématique. Ces jeunes personnes sont les leaders de demain, la prochaine génération d’activistes.

Lancement du livre par David Han dans son uniforme de baseball, Olivier Hussein et Sarah Claveau en costume de superhéros. Photo CF.Lancement du livre par David Han dans son uniforme de baseball, Olivier Hussein et Sarah Claveau en costume de superhéros. Photo CF.

D’ailleurs, Éméraldine Liebert mentionnée ci-dessus va participer à la fondation d’un chapitre acadien à Moncton de notre ACLJ. Sa mère Marie-France Bauduin, d’origine belge et comptant une vingtaine d’années en enseignement, a déjà intégré notre conseil d’administration à titre de vice-présidente. Nous sommes heureux et chanceux de pouvoir les accueillir parmi nous.

On présente publiquement nos dix superhéros et superhéroïnes (je cite, voir aussi les vidéos ci-dessous) :

Les superhéros et superhéroïnes du CAFI. Les superhéros et superhéroïnes du CAFI.

  • Frauke Lehmann est une jeune Allemande qui a séjourné, l’année dernière, au Nouveau-Brunswick pour perfectionner son français. L’une de ses passions est de jouer du saxophone. Son histoire, qui s’intitule « Une vision déconcertante », porte sur l’amour et ses limites.
  • David Han a 17 ans. Il est originaire de la Corée. Il étudie à l’école l’Odyssée. David raffole du baseball. Son histoire a comme thème la jalousie.
  • Mahaut Gayer a 14 ans. Elle a quitté la France il y a deux ans pour s’installer avec sa famille au Canada. Elle est une passionnée de musique. « Sauvée de justesse », voilà le titre de son texte qui a pour thèmes : les obstacles rencontrés par les victimes qui veulent s’en sortir et la vie après la violence.
  • Jacob Moreau a 14 ans. Il a grandi à Moncton. Ses parents viennent du Québec. Jacob raffole de la lecture. Les différentes phases d’une relation abusive et de la violence qui se répète sont les thèmes de son récit. Celui-ci s’intitule « Georges et Georgette à la rescousse ».
  • SunMin Park a 14 ans. Elle est d’origine coréenne. Elle étudie le français à l’école Bernice McNaughton. Clara adore jouer du piano et pratiquer le badminton. Son histoire « De l’aide pour changer », porte sur les fausses excuses à la violence et sur les pistes de solutions pour changer un comportement violent.
  • Adel Guerroudj a 18 ans. Il est arrivé au Nouveau-Brunswick à l’âge de 4 ans. Sa famille vient d’Algérie. Il est scolarisé à l’école Mathieu-Martin. L’un de ses passe-temps préférés est d’improviser au piano. Son histoire « L’Éclair-Rouge » a pour thème des modèles dans la communauté.
  • Elizabeth et Marie Vigneau sont sœurs. Elles ont 12 et 16 ans. De père acadien et de mère québécoise, elles vivent à Moncton depuis 14 ans. Elizabeth est passionnée de théâtre et Marie raffole du ballet. Le titre de leur récit est « 3, 2, 1… action! » Celui-ci parle des causes et des diverses formes de la violence.
  • Attica Bouchain est âgée de 12 ans. Venu de France il y a deux ans, il est élève de l’école Carrefour de l’Acadie. L’un de ses passe-temps? Jouer à des jeux vidéos ou faire des vidéos sur les jeux. Son histoire s’intitule « Prisonnière de la peur » et porte sur la violence engendrée par une mauvaise gestion de la colère.
  • Éméraldine Liebert a 16 ans. Elle est arrivée de Belgique il y a presque 2 ans. Elle est scolarisée à l’école Odyssée. Ses passions sont le sport (le basketball et l’athlétisme en particulier) et l’écriture. « La violence, un problème de tous les jours », voilà le titre de son histoire qui aborde le fait de parler et d’écouter pour se sortir de la violence.

 

Voici la liste de lecture des 18 vidéos composant à peu près l’ensemble des présentations de cet événement.

Bon visionnement.

 

Claude Filimenti
Directeur général
Association pour la création littéraire chez les jeunes

votresite.ca : Tout pour faire un site à succès.

Partagez

Ancien logo de L'Association pour la création littéraire chez les jeunes (ACLJ).Ancien logo de L'Association pour la création littéraire chez les jeunes (ACLJ).

© 2015. Association pour la création littéraire chez les jeunes. Tous droits réservés.

Flag Counter

Visiteurs uniques

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?